2003 Cité de la Police

Depuis les remparts de la vieille ville, surplombant l’Alzette et la Pétrusse, la crête du plateau du Verlorenkost est clairement lisible dans le paysage, désormais couronnée par un mince ruban de verre dont le tracé surligne le niveau. C’est là que se situe la Cité de la Police, imbriquée dans le relief escarpé de la ville jusqu’à en constituer le prolongement. L’intervention est de nature essentiellement paysagère; la fragilité du site, sa visibilité, et l’importance du programme en justifient le sens. Mettant à profit la déclivité du terrain, une large plate-forme est développée face à la pente, dégageant en sous-œuvre un volume habitable à même d’accueillir la majeure partie des équipements prévus. Le socle ainsi constitué rattache visuellement l’ouvrage aux contreforts de la ville historique en vis-à-vis. Il offre un vaste promontoire sur le paysage des deux vallées. Une mince construction sur pilotis dessine alors les contours de la crête du plateau; ligne brisée dans le paysage à l’échelle des infrastructures viaires, qui révèle, en la soulignant, la topographie des lieux et signifie la présence de la Cité de la Police. La Cité s’organise sur deux niveaux de référence : le niveau supérieur, accessible depuis le parvis, regroupe les fonctions publiques. Le niveau bas accueille les services internes. Il est réglé sur le sillon qui traverse de part en part le socle. Minéral et abrupt dans sa partie la plus dense où les frondaisons des arbres, en surplomb, renforcent la perception du dénivelé, le sillon se fond progressivement dans le paysage intimiste et verdoyant du « petit patrimoine ».Depuis le parc qui couronne le socle, la perception est toute autre. C’est au panorama que l’on s’adresse par-delà les vallées.

Read more